Canard décerne des palmes !

Canard s’en alla voir son auteur la semaine dernière… mauvais quart d’heure pour ce dernier. Canard était plus que révolté, pris d’un courroux adjoint d’une férocité inconnue jusqu’alors des anatinaes:

 » Non mais allô quoi ? Tu as tout laissé tomber ou quoi ? Tu me reçois là, quoi ? C’est comme si j’te dis: tu n’écris plus. Si t’écris plus, t’es plus un auteur. T’es plus rien, quoi. Allô ? »

Après cette altercation musclée, l’auteur (que je suis) s’est vu contraint, non sans y prendre plaisir, de continuer les aventures (parisiennes) de Canard Langlais ! Canard renaît en ce soir de quart de lune croissante, ressort d’un tas de plumes légères et frivoles à la fois.

Samedi soir, notre ami Canard se rendit au concert d’amis à Ménilmontant (mais oui, Madame !..). Alors qu’allaient bon train les discussions,  plusieurs canes entrèrent à la queue-leu-leu dans le café.

« Mais allô, c’est le festival de canes ici ou quoi ? » demanda Langlais interloqué, à voix basse, à ses amis.

On dit souvent qu’il vaut mieux tourner 7 fois sa langue dans la bouche avant de parler. Canard n’aurait-il pas dû s’appliquer la règle ? Pas que la blague fut mauvaise… Il n’empêche que la dernière personne à entrer et qui suivait la horde de canes n’était autre qu’un joli petit canard à la plume lisse et aux yeux scintillants – de quoi faire battre le coeur d’un canard comme Langlais, ndlr.

Au cours de la soirée, les regards se croisèrent, se posèrent puis se déplacèrent avant de revenir, tels l’écume des vagues se cassant sur la plage. Et si on devait leur décerner un prix, à ces regards (pourquoi pas, après tout !), ce serait la palme « un certain regard ». Et les critiques lanceraient à l’unisson des bravos, faisant l’éloge de l’innocence, de la simplicité, de la réserve et la mesure exprimée dans ces regards, sans pour autant masquer tout symbolisme de la passion.

Lorsque le canard en question prit la direction de la sortie, une seule fin s’imposa. Prendre soi-même la direction de la sortie puis lui courir après. C’est ce que fit notre ami Langlais. Son nom, son nom ! On veut son nom ! « Il s’appelle Canard Legrand ». Ooooh !… (à suivre)

Publicités

2 réflexions sur “Canard décerne des palmes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s