mai 68 – mai 13 : « aucun lien, fils unique ! »

Bien des manifestants de la manif pour tous (et pour personne comme moi) se revendiquent d’une mouvance post-soixante-huitarde. Ils se prennent pour des héros, parfois croient devoir accomplir une mission: établir la morale pour tous si ce n’est pas sauver le monde de la colère du Divin. Ces jeunes et moins jeunes sont pour certains simplement « conservateurs » (sans le reconnaître), pour d’autres issus de groupuscules extrémistes, de réseaux catholiques fanatiques. Tous pensent être pour une cause salutaire dans la rue.

Quel lien avec mai 68 ?

Nous sommes au mois de mai, c’est sans doute l’unique relation que l’on peut faire entre les deux événements.

Si mai 68 est parti de revendications syndicales, c’est rapidement devenu une grève estudiantine et la lutte d’une jeunesse nombreuse et progressiste face aux lourdeurs d’un système archaïque et au conservatisme ambiant sous De Gaulle.

Aujourd’hui, nous assistons au phénomène inverse: un gouvernement progressiste face à une France vieillissante et sclérosée, refusant d’admettre que le progrès social passe par l’égalité de tous les citoyens face aux institutions de la République.

Arrêtons les discours inutiles: pourquoi créer de nouveaux mots pour désigner la même chose ? Mariage, union de deux êtres, union civile. L’égalité face à la loi passe par l’usage d’un même mot pour tous.

Arrêtons la pensée statique: que fera le jeune aujourd’hui activiste contre le mariage pour tous si son fils ou sa fille s’avère être homosexuel(le) ? Dira-t-il à son fils de se marier à une femme et vivre sa vie à côté avec un homme ? Reniera-t-il sa fille ? La placera-t-il dans un couvent à vie, où elle se suicidera sans doute ? Ne sera-t-il pas heureux d’assister au mariage de son fils, d’accueillir son beau-fils dans la famille pour les vacances, de chouchouter ses petits-enfants ?

Pourquoi tant de bruit pour rien ? Pourquoi tant de monde dans la rue pour détruire le bonheur futur de milliers de personnes ?

La France, ce n’est pas l’enfermement dans des valeurs catholiques ou royalistes archaïques. La France, ce n’est pas des défilés immenses contre le bonheur des autres et pour la protection d’une institution inventée de toute pièce.

Qui croit ce grossier mensonge qu’il faut un père et une mère pour l’éducation des enfants ? Les enfants éduqués par un père et une mère sont-ils toujours équilibrés ? Les enfants éduqués par une mère, en orphelinat par de bonnes sœurs  sont-ils désavantagés ? Sont-ils voués à être malheureux ?

La pensée unique n’est pas. Il n’y a pas qu’une morale. Et s’il y a plusieurs morales, il n’y a pas de morale universelle. Arrêtons donc de vouloir imposer sa conception du monde à autrui. La liberté personnelle ne prend-elle pas fin là où commence celle d’autrui ?

Il n’y a pas de sauce miracle pour l’éducation des enfants. Il n’y a pas de recette unique pour le bonheur. Il n’y a pas de schéma unique pour la famille. C’est le constat de plusieurs siècles de société humaine qui est aujourd’hui reconnu. Champagne ! Et célébrons ensemble la conscience universelle.

Publicités

2 réflexions sur “mai 68 – mai 13 : « aucun lien, fils unique ! »

  1. J’ai oublié, mais j’aime beaucoup ta phrase : « Arrêtons les discours inutiles: pourquoi créer de nouveaux mots pour désigner la même chose ? Mariage, union de deux êtres, union civile. L’égalité face à la loi passe par l’usage d’un même mot pour tous. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s