Rendre à Canard ce qui est à Canard…

On entend souvent dans la rue des gens dire: il faut rendre à César ce qui est à César. Grossière erreur. Que vient faire là-dedans le sculpteur marseillais ? Il s’agit tout simplement d’un abus de langage. Retenez plutôt: il faut rendre à Canard ce qui est à… vous connaissez la suite !

Aujourd’hui, notre ami Langlais faisait ses adieux au café du coin-coin, place Stalingrad. Pourquoi la fermeture ? Canard n’était-il pas en charge de la programmation du café ? On passera les histoires de pouvoir et de hiérarchie, l’essentiel étant que notre Canard n’y ait pas laissé des plumes !…

Le nouveau gérant, Canard Lerochefort, un marin peintre et poète, donna non sans nostalgie un cadre à notre ami Langlais en souvenir des heures de gloire du café du coin-coin. Je l’ai trouvé derrière deux pintes de mojito, c’est ce qu’il parvînt à dire pour dédramatiser la situation et contenir ses larmes. Eh oui, le canard pleure facilement, contrairement au crocodile.

Une époque est révolue. Elle cède brutalement la place à une autre. Comme le César d’un film remplace le gagnant de l’année précédente. Que faire ? Canard va-t-il redevenir photographe ? Va-t-il passer le casting de Plus Belle la Vie ?  (Auquel cas il fera un covoiturage vers Marseille @Sylvainj :)) Vous aussi, donnez des idées à Canard. Vous ne voulez pas l’engager ?

photo

Publicités

Une réflexion sur “Rendre à Canard ce qui est à Canard…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s