Canard au Crazy Duck

Canard reçut de sa voisine Lavosgienne, danseuse professionnelle de French Coincoin, deux invitations au Crazy Duck, une salle de spectacle parisienne. Venez avec qui vous plaira, lui dit alors la cane enjouée. Qui Canard allait-il bien pouvoir inviter ? Il n’avait pas de canard. Peut-être en rencontrerait-il un là-bas ?

Métro John Fitzgerald Kenneduck. A quelques foulées de là, la somptueuse entrée de la salle, décorée pour l’occasion de plumes roses. Pigeon Lamoureux attendait au pied des marches d’escalier, secouant sa tête par saccades et rrrroucoulant pour affirmer sa présence au milieu de tant de canards. Canarrrd, enfin te voici ! s’écria-t-il en voyant notre ami Langlais approcher, les yeux écarquillés. Le « Crazy Duck » en jette, wow ! dit Canard époustouflé… Allez, let’s get in ! (NDLR: Langlais, contrairement à ce que le nom laisse supposer, n’est pas English native speaker.)

A l’intérieur, on se croyait dans un étang à canards ! Une ambiance tamisée, quelques tables entreposées en arc de cercle autour de la Seine.. euh, de la scène, bien entendu ! De la bière Enteken et du champagne Canard Duchêne coulaient à flot. Un nasillement remplissait l’espace. A la caisse, à peine Canard et Pigeon eurent-ils remis leur invitation que l’on entendit déjà l’ouvreuse cancaner: « Oh ! Regarde-moi ce beau colvert, que fait-il donc avec ce blanc bec ? »

Canard et Pigeon se firent installer à la meilleure table de la salle. Le spectacle pouvait commencer…

4ème scène. Lavosgienne entra sur la célèbre musique d’Orphée au paradis des colverts, acclamée et cancanée par la foule en liesse ! Elle portait une élégante robe à froufrou pailletée, aux couleurs diaprées. Le French Coincoin battait son plein. Un groupe de canards américains sortit les appareils photo, scanda des bravos et battit des ailes dans le rythme ! L’ambiance était à la fête, le champagne coulait non-stop dans les flûtes ! La mousse se mourait sur les nappes fantaisistes des tables.

A la fin du spectacle, Canard sifflotait encore les airs enivrants de Canard Ouvert Leruisseau, ce fameux compositeur de French Coincoin. Un canard à côté de lui dire: « Monsieur a de l’oreille, Monsieur daignera me rendre visite demain à 15h, voici ma carte. » Qui cela pouvait-il bien être ? Langlais ne voyait pas dans la pénombre. Le canard en question n’avait-il pas un accent, peut-être italien ?…

Publicités

5 réflexions sur “Canard au Crazy Duck

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s