Des bichous de Bruxelles…

« Paris, 25bis rue de la faisanderie
Je m’en souviens du rendez-vous
Et j’ai gravé dans ma mémoire
Ce bureau au fond d’un couloir »

Notre ami Langlais arriva à cette adresse canardesque du 16e arrondissement de Paris à 15h précise. Sur la carte de visite était inscrit « Faisan Défolies ». Je devais être bien pompette hier pour croire à un canard italien ! se dit notre Canard intrépide.

« Faisan Défolies ? Veuillez me suivre je vous prie. » La domestique conduisit Canard dans un bureau au fond d’un couloir. L’intérieur de l’appartement était design dans un style épuré, presque froid. Rien à voir avec le tralala de chez Canard.

Un faisan au plumage soyeux entra, secouant son abdomen à chaque pas. Il avait du ventre, on devait bien manger ici.

« Monshieur ! Je vous remerchie de votre ponctualité et shurtout d’honorer che rendez-vous. »
Canard conshtata euhh pardon, constata le cheucheutement de son interlocuteur. Mais il y avait autre chose dans l’accent.

« Monshieur doit she demander l’objet de sha vishite. Voilà: je shuis publichishte belge et recherche quelqu’un pour gérer le tournage d’une publichité. J’ai besoin de quelqu’un de tendre. Vous m’avez paru tendre, monshieur. »

Tendre est l’un des plus beaux compliments que l’on puisse faire à un canard. Voilà un faisan qui sait parler aux canards, songea notre ami Langlais.

Quelle était la publicité ?
« Il s’agit d’une marque de jouets du plaisir, en vente d’ailleurs au Canard Duck. »

Canard se sentit pâlir. Il allait faire une pub pour des vibromasseurs et autres objets de ce genre ? Ce n’est pas très catholique, mais en même temps ce n’est qu’une fois et c’est une belle rentrée d’argent.

« Et comment s’appelle la marque ?
– la Tour est folle, Monshieur »

Canard pouffa de rire. Comment un homme à l’apparence si sérieuse pouvait-il être dans ce business? Le plumage ne fait pas l’oiseau, une fois de plus!

Au moment de conclure le marché, Faisan s’approcha de notre ami Langlais et imprima son bec de faisan sur le bec de canard. Quelle audace ! Canard le poussa en arrière !

« Pardon, Monshieur n’est pas habitué à la coutume bruchelloise. »

Canard, ahuri, prit la direction de la porte qu’il laissa claquer. Une fois dans la rue, il fut pris d’un fou rire que tout Paris entendit ! Il ne pouvait plus s’arrêter de cancaner.

O lecteurs altruistes de ce blog, appréciez la coutume de ce faisan hardi et faites-vous des bichous… de Bruxelles !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s